Mon val à moi

Ker VAL DE LA HAYE

Si vous passez dans la résidence Révil le samedi midi, vous serez peut-être alléché par une délicieuse odeur de galettes… Ce sont celles de Simone Dartois, la connaissez-vous ?

Pour les enfants de l’école, c’est le lien avec Jeannick (sa fille) qui est le plus facile à établir. Pour les anciens du Val de la Haye, c’est bien sûr le souvenir de Jean et Simone et de leur maison quai Napoléon où les cinq enfants de la famille Dartois ont grandi. Pour tous les autres, c’est une mamie discrète qui vit aujourd’hui à la résidence Révil. Simone ouvre pour l’Echo Vaudésien son carnet de souvenirs, et raconte (en roulant les R comme une vraie bretonne) son Val, à elle…

Un souvenir marquant ?

Peut-être les inondations. Voici une photo qui doit dater de 1970 ou 71. Il faut se figurer 50 cm d’eau partout, pendant des jours car l’eau qui partait et revenait au gré des marées… C’était terrible…, la basse-cour était inondée, l’école était fermée. Les enfants qui devaient rester à la maison…avec toute cette eau ! On voit mon mari à gauche sur la photo avec Antoine , un breton comme lui. C’étaient des joyeux lurons ces deux là…

Comment se passait vos journées ?

Les enfants (Régine, Maryvonne, Jeannick, Jean-Philippe et Michel), allaient tous à l’école… et rentraient le midi pour déjeuner, il n’y avait pas encore la cantine. Alors la journée était rythmée par les repas, les courses, et encore les repas… Il y avait l’épicerie de Madame Gendron qui était bien achalandée, un charcutier, 2 bouchers (mais oui !) une droguerie et un camion qui venait de Dieppe pour le poisson. Ma vie au Val de la Haye, c’était simplement celle d’une mère de famille… Et puis il y avait de la vie beaucoup d’allers et venues dans la maison, je ne m’ennuyais jamais. Les garçons eux, passaient le plus clair de leur temps sur le terrain de foot, juste en face de chez nous…

Vous êtes bretonne d’origine, comment êtes vous arrivée au Val ?

Je suis des côtes d’Armor, entre Cancale et Saint-Malo. Nous avons quitté la Bretagne lorsque Jean est arrivé à Rouen pour son travail. Il a d’abord habité l’hôtel Méridien avant d’acheter notre maison, en 1965 nous l’avons rejoints. Mon mari était dans la marine marchande puis il a trouvé ce travail au lamanage de Rouen. Le téléphone sonnait. à n’importe quelle heure, et voilà qui’il partait sur le port pour amarrer les navires.

C’est aussi la Seine qui rythmait votre vie…

Oh oui, on peut dire qu’elle a eu de l’importance la Seine, entre les marées, l’eau qui monte et qui descend… les bateaux qui partent et qui arrivent…

Il y avait une grande communauté de bretons au Val de la Haye ?

Les Le Gall, les Trividic … et beaucoup d’autres. Avant la résidence construite ici, il y avait un chateau divisé en appartements, beaucoup de familles venues de Bretagne se sont installées là. Un groupe de danse folklorique a même été créé, je pense que de nombreuses personnes s’en souviennent !

Qu’avez-vous gardé comme habitudes de votre région d’origine ?

Les galettes bien sûr ! Je les prépare à la main, comme le faisait ma mère. La tradition c’est de les manger le vendredi, jour maigre. On les accompagne de lait ribot. C’est un lait breton, fermenté (j’en suis toujours très gourmande). Aujourd’hui, je fais toujours des galettes, le samedi, c’est mon petit plaisir..

Une promenade au Val de la Haye ?

Pendant des années, J’ai accompagné ma petite fille Camille chaque jour depuis la résidence jusqu’à l’Ecole, je ne sais pas si c’est une promenade… mais c’était la nôtre. Autrefois, nous allions nous promener à Grand couronne, en prenant le bac à la cale quai Napoléon, en voiture… Aujourd’hui je sors moins, je vais tout de même à l’épicerie, c’est bien pratique, et puis ça me permet de rester en contact avec les gens du village…

Votre endroit préféré ?

Ici, dans mon jardin derrière ma maison c’est très calme. On y est bien, je profite du soleil et il n’y a pas trop de vent… Je me sens un peu éloignée du reste du village maintenant, mais je me plais bien ici. Et puis, vous savez, j’ai 16 petits enfants, et je suis très entourée. Ma petite fille Mathilde et mon arrière petit-fils Killian, habitent juste à côté de moi…

Martine Cartier & Sylvie Redou

« Page précédente